fbpx

Pourquoi visiter des châteaux est bon pour le moral ?

Pourquoi visiter des châteaux est bon pour le moral ?

L’Aube n’est pas le premier département français qui vient à l’esprit lorsque l’on souhaite visiter un château.
Et pourtant… Le territoire est jalonné de multiples maisons de maîtres, manoirs et autres forteresses.
Certains sites sont en ruine tandis que d’autres laissent toujours transparaître leurs fastes d’antan. Quelques-uns sont ouverts au public, d’autres pas. En fonction, vous pourrez soit les deviner à travers les denses feuillages d’un parc soit vous y immerger à loisir.
Alors pendant quelques instants, arrêtons-nous, et immergeons-nous ensemble.
Vous verrez, ça vaut le détour !

#1 – Préambule

Pour quelle raison prend-t-on plaisir à visiter un château ?
Il peut en exister plus d’une :
– Par goût de l’architecture, des jardins à la française, ou des antiquités,
– Parce qu’un château, c’est le lieu de vie de personnages qui ont marqué l’histoire, ou tout du moins, qui en ont vécu les grands chapitres en direct (La petite histoire dans la grande ! N’est-ce-pas grisant de fouler les mêmes pavés, d’admirer les mêmes perspectives, que des personnages illustres en leur temps ?),
– Tout simplement, parce que visiter un château, c’est une façon ludique et agréable de s’instruire (ben oui, c’est vrai, on apprend toujours quelque chose en visitant un château, du détail le plus insignifiant, aux évènements les plus marquants).

histoire château

Pour ma part, je prends toujours grand plaisir à visiter un château. Pour toutes ces raisons à la fois, mais il y a autre chose, aussi. Quelque chose qui fait trop cruellement défaut dans nos vies contemporaines, perpétuellement en quête de performance que nous sommes … Quelque chose qui nous évade et nous rend un peu de notre regard d’enfant … Une idée ?

L’imagination.

 

#2 – Un peu de poésie, que diable !!

Lorsque je visite un château, je ne suis plus cette trentenaire ordinaire, qui bosse trente-cinq heures par semaine, tentant tant bien que mal de maintenir un équilibre précaire entre son travail, ses enfants, son mari, ses amis, sa maison, et accessoirement ses propres besoins et envies.
Lorsque je visite un château, je suis transportée dans le temps, et je vis une autre vie.moyen-âge Stop, arrêtez-vous deux minutes avec moi !Vous entendez, ce pianoforte, entonner cette petite musique douce ? Et le froissement du tissu de ma lourde robe, à mon mouvement ? Des gentilshommes s’extasient devant le talent de la musicienne, tandis que d’autres parlent politique. De jeunes gens s’échangent de brefs regards intimidés. N’êtes-vous pas charmés ?Stop, autre époque, autre vie !
Les troubadours et les saltimbanques nous divertissent, à force de chansons et de jongleries. Des herbes odorantes jonchent le sol et nous voici, festoyant gaiment, et nous regorgeant des multiples gibiers qui ornent la table.

Alors, ça vous tente ? Venez donc avec moi, je vous emmène !

 

#3 – Le Château de Vaux

Rendons-nous d’abord à Fouchères, petite bourgade de cinq-cents et quelques âmes, à une vingtaine de kilomètres au Sud-Est de Troyes. Voyez-vous cette grande bâtisse blanche, qui s’élève au bout de la longue (deux kilomètres !) et majestueuse allée que nous empruntons ? C’est le château de Vaux !

château de vaux

Le Château de Vaux, c’est LA visite à partager par excellence. Chacun y trouvera son compte : les jeux anciens amuseront toute la famille, et l’enquête policière qui ponctue la visite permettra de lui donner un aspect ludique, tout en mettant habilement à profit les espaces réhabilités de ce bel ensemble architectural du XVIIIe siècle. Car le fait est que lorsque le propriétaire actuel a racheté ce domaine en 2015, le château tombait presqu’en ruine. La restauration se fait petit à petit et l’ensemble du château n’est pas accessible, mais rassurez-vous, le « dépaysement intérieur » est au rendez-vous.
Mention spéciale très personnelle à la mélodie de Dario Marianelli qui nous accueille dans le hall du château : un pur moment de grâce…
Si vous aussi vous voulez vivre cette expérience : https://www.chateau-vaux.com/ ….

… Et si vous êtes d’humeur romantique, alors ne manquez pas de terminer votre journée à Fouchères par une promenade sur les bords de Seine. Un petit air de tableau de Renoir à s’y méprendre …

 

#4 – La Motte Tilly

La Motte Tilly, un après-midi gris et pluvieux. Peu de visiteurs se sont déplacés jusqu’ici. C’est compréhensible, car La Motte Tilly, au-delà d’un magnifique château du XVIIIe siècle, c’est aussi un parc de 60 hectares à découvrir, avec une « collection agréée » de 77 tilleuls. Laissons-nous porter par cette atmosphère intimiste. Ressentons les joies et les chagrins de la dernière propriétaire, qui a passé sa vie dans ce château, l’embellissant et le redécorant suivant le bon goût du XVIIIe siècle, avant de le léguer à son décès au centre des monuments nationaux, faute d’héritier.
La Motte Tilly, un jour de grand beau temps, à la fête du Tilleul. Il fait beau et chaud, et les promeneurs se pressent à la découverte des différentes animations. Un groupe de musiciens entonne des airs joyeux devant la majestueuse bâtisse. Cette fois-ci, ce sont les jardins qui sont à l’honneur, et le château semble profiter du spectacle.

château motte tillychâteau motte tilly
Deux voyages intérieurs aux antipodes l’un de l’autre. Le château et les jardins sont là, identiques, à quelques encablures de Nogent-sur-Seine, et pourtant, les saisons et les évènements leur donnent une résonance à chaque fois particulière.

Pour découvrir ce château au rythme des saisons : chateau-la-motte-tilly.fr

 

#5 – Montaigu

montaigu

Faisons une petite entorse à l’objet de notre voyage, en passant par Montaigu, site localisé dans la commune de Souligny, à une dizaine de kilomètres de Troyes. Ici, point de vieilles pierres, ni de grandes allées. Tout n’est que verdure et petits sentiers forestiers. Les joggers viennent s’adonner à leur sport favori, tandis que les familles y officient leur promenade hebdomadaire. Difficile d’imaginer qu’en ces lieux trônait il y a plus de six-cents ans une forteresse édifiée par les comtes de Champagnes. Et pourtant, l’emplacement de ce château, à la confluence de la Champagne, de la Brie, de la Bourgogne et du Gâtinais, lui donnait une importance stratégique. Aujourd’hui, il ne subsiste rien de l’édifice -, il a été détruit par ordonnance du roi Charles VI en 1420 – et les matériaux ont été utilisés pour les constructions et réparations des alentours (et ce jusqu’à la fin du XVIIIe siècle !). Peut-être passons-nous, sans le savoir, à côté de ces vieilles pierres, témoins de tant de batailles !
Il ne reste plus rien de l’édifice, certes, mais les fossés, eux, sont toujours visibles. La création de passerelles nous permet d’ailleurs de les traverser, avant d’accéder au site de l’ancien château. Le sentier, ponctué de panneaux explicatifs, permet d’apprécier pleinement la valeur historique de ce lieu.

 

#6 – Le château de Riceys-bas

Dirigeons-nous maintenant vers l’extrême sud du département, à quelques kilomètres seulement de la Bourgogne. Les routes sont devenues sinueuses, les vignes illuminent le paysage et ici, point de colombages mais des vieilles pierres couleur champagne. Et puis un château : celui de Riceys-bas.

château riceys-bas

Vous êtes attirés par le Moyen-Age ? Alors admirez la partie féodale du bâtiment, et profitez de la fraîcheur de son cellier du XIIe siècle. Vous préférez le style classique ? Le logis construit au XVIIe siècle, sans oublier les jardins à la françaises dans lesquels vous pourrez flâner à loisir, répondront à vos attentes. Bref, quelles que soient vos préférences, le château de Riceys-bas saura vous séduire !

 

#7 – Ces châteaux qui attendent ma venue

Je ne suis auboise que d’adoption, alors, j’avoue, je n’ai pas encore eu le temps de faire le tour des châteaux ouverts aux visiteurs… L’équilibre précaire, vous vous souvenez ?

visite châteaux

Mais je ne m’avoue pas vaincue ! Certains d’entre eux ont particulièrement retenu mon attention, alors laissez-moi partager avec vous la liste de mes envies :

– Chacenay : C’est, dit-on, le plus bel ensemble féodal du département. Il est accessible par groupe de 15 personnes minimum, sur réservation, pendant la période estivale
Droupt-Saint-Basle (nous en avions parlé dans l’article Nos belles journées du patrimoine…industriel)
Paraclet, construit sur l’ancienne Abbaye du même nom, célèbre pour avoir été le témoin des amours tragiques d’Héloïse et Abélard
– Bucey en Othe et de Charmont-sous-Barbuise, ouverts aux journées du patrimoine

Voilà, notre voyage se termine. Enfin, il se termine sur le papier. Parce que dans notre esprit résonne encore l’histoire des sites que nous avons visités ensemble…

 

2 réponses

  1. Loiselet dit :

    Je les ai presque tous visites. Ils sont beaux. Il existe un très beau livre de Czmara sur les châteaux de l aube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *